Le reboutement

 

"Tout comme chaque thérapeute a ses façons de faire, chaque rebouteux développe ses propres tournemains. Le rebouteux commun remet les muscles et les nerfs, et manipule de façon rudimentaire mais efficace.

L’un peut être plus doué pour remettre les vertèbres (on l’appellera renoueur), un autre pour réduire fractures et luxations (le rhabilleur ou l’ossier), un troisième plus rare sera renommé pour ses techniques viscérales (le videur de vésicules et le releveur d’estomac)…

Le toucheur, lui, guérira par apposition des mains, par le fameux fluide et surtout par le biais de vieilles prières des moines-rebouteux du Haut Moyen-Age. Le faiseur de secrets (qui barre le feu, passe les verrues, ou encore coupe le sang…) agit de la même façon, mais n’est souvent pas un rebouteux (au sens littéral : « qui remet / repousse » quelque chose en place).

 

Ainsi, certains rebouteux n’héritent que de quelques secrets (il sera par exemple spécialiste des entorses, ou ne saura soigner que « le carreau », c’est-à-dire les appendicites, etc…), tandis que d’autres cumuleront plusieurs fonctions. Ces multiples facettes du terme « rebouteux » est là l’origine de bien des confusions dans l’esprit du grand public !

Aussi,